Le Domaine des Ardoisières

 


Thumbnail image

Un vignoble miraculé



Si aujourd'hui le coteau du calvaire de Cevins surmonté de sa chapelle (Notre Dame des Neiges) constitue le paysage le plus remarquable de Basse Tarentaise, il revient de loin puisque c'est en 1998 qu'il est né pour une seconde vie grâce à l'ensemble des propriétaires fonciers, à la municipalité et à Michel Grisard, viticulteur de Fréterive et à l'association "Vivre en Tarentaise".




5 hectares sont actuellement plantés et parmi les cépages présents, 4 ont eu une récolte : Altesse, Jacquère, Mondeuse et Persan formant 3 cuvées commercialisées :Thumbnail image

-Améthyste

- Schiste

- Quartz




coteau de Cevins


Un site favorable


A mi-chemin entre Moutiers et Albertville la colline du Calvaire qui barre la vallée de la Tarentaise forme, du point de vue morphologique, un verrou glaciaire recouvert de fragments schisteux du versant cevinois et de débris morainiques apportés par les glaciers qui emplissaient la vallée. La colline est apparue lors du retrait de ces derniers.

Les débris morainiques sont des matériaux rocheux prélevés aux versants par les langues de glace puis déplacés en aval avec l'écoulement du glacier. Les débris s'accumulent en certains endroits précis, souvent sur de petites buttées de roche ce qui semble être le cas à Cevins.

Le vignoble est exposé sud sud-est et couvert de petits fragments de schiste. Les conditions sont donc très favorables au mûrissement du raisin, en effet, les petits cailloux renvoient la chaleur vers le cep et l'emmagasine pendant la journée pour la restituer plus tard.


Quel vignoble jusqu'aux années 80?

Les traces d'archives de la culture de la vigne à Cevins apparaissent au Xème siècle mais on peut estimer que la viticulture était déjà présente à l'époque gallo-romaine. La voie romaine passait d'ailleurs à flanc de versant et descendait sur Langon à partir de la Creusaz.vignoble de Cevins dans les années 80

Jusque dans les années 80, les petites parcelles ont été cultivées dans le but de produire du vin de consommation familiale. Le père de famille l'emmenait aussi à l'usine dans sa musette.

Aucun vigneron professionnel n'a été recensé, à la rigueur, certaines personnes étaient double-actifs : ouvrier-paysan mais la vigne reste un à-côté, l'activité agricole étant orientée vers l'élevage de quelques têtes de bétail.

Le vignoble en 1982




Thumbnail image


La pente est accentuée ce qui impliquait une certaine pénibilité du travail non pas pour vendanger mais pour remonter la terre au sommet de la parcelle. Pour réduire cette forte déclivité, les exploitants ont mis en place un système de culture en terrasse en construisant des murs de pierre sèche qui atteignent parfois plus de deux mètres de hauteur.





Autre aménagement : les sartos, petites cabanes en pierre qui servaient à stocker les outils mais aussi à récupérer l'eau dans un bassin à l'intérieur alimenté par la gouttière.

Ce sarto situé sous le château, a été restauré en 2002 par les compagnons charpentiers du tour de France.

Thumbnail image







Le vignoble du Gniouble





Mais la colline du calvaire n'est pas le seul terroir viticole de Cevins puisque le versant exposé sud-est au dessus de l'église a lui aussi été cultivé jusqu'à environ 550 m d'altitude avec un système de terrasses. L'un des lieux-dit de ce secteur s'appelle d'ailleurs le

"Gniouble", dérivé de vignoble.




Le déclin du vignoble


Les parcelles abandonnées depuis les années 80 ont été peu à peu conquises par des espèces végétales de lisière de forêt à pousse rapide : au début, de l'herbe, des ronces puis des bouleaux... Certaines parcelles étaient déjà peuplées de châtaigniers.

Le bouleaux envahissent le vignoble de Cevins dans les années 80.

Thumbnail image

Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer ce déclin :

- la concurrence de l'industrie de la vallée qui a attiré les jeunes. Ils ont alors quitté l'agriculture ou se sont maintenus double-actifs. Plus récemment les emplois dans les services (tourisme d'hiver...) se sont développés et la viticulture a été

totalement délaissée.

- l'extrême mitage des parcelles ( 250 propriétaires pour 450 parcelles éparpillées dans les années 90 ) n'a pas permis l'installation d'un viticulteur professionnel.



La rennaissance du vignoble


En 1998, les différents acteurs ( propriétaires fonciers, la municipalité, Michel Grisard, viticulteur de Fréterive et l'association "Vivre en Tarentaise" ) ont œuvré pour faire renaître le vignoble en incitant les propriétaires à adhérer au projet : sur les 250, certains ont vendu leur terrain à la commune et d'autres ont formé un groupement foncier agricole avec mise à disposition pour l'exploitation.Thumbnail image

Défrichement vignoble CevinsLa forêt de bouleaux à été Thumbnail imagetotalement rasée en quelques mois, le terrain bêché avec des pelles araignées mécaniques et tout le coteau a été couvert de piquets de bois servant de guides aux jeunes ceps.

Pour permettre une exploitation rationnelle du terroir, il a fallu aménager des voies praticables en voiture pour l'acheminement des hommes, des outils, le transports de raisin lors de la vendange..

Pour Michel Grisard, le but du projet est de faire renaître l'ancestral vignoble de Cevins mais aussi de permettre à un Jeune agriculteur de s'installer avec un siège d'exploitation à Cevins.

Le vignoble est favorablement exposé au sud et au sud-est.Thumbnail image

5 hectares sont actuellement plantés.





Brice Omont a repris l'exploitation à la suite de Michel Grisard en maintenant la culture selon la méthode de la biodynamie. Ce principe est sans doute le plus anciennement connu en matière d'agriculture puisqu'il utilise les ressources naturelles du terroir tellThumbnail imagees qu'elles se présentent : l'ensoleillement qui contribue à la photosynthèse de la plante; de l'eau et un sol (composition minérale, microbiologie...) qui assurent une bonne croissance à la plante. Les apports extérieurs : amendements et engrais sont totalement naturels (fumier...).

Les soins apportés au plantes sont à base d'homéopathie à base de plantes, des silice et d'organes animaux.








Trois cuvées sont issues du vignoble de Cevins :


Thumbnail image

Schiste - blanc


Thumbnail image

Quartz- blanc

Thumbnail image

Améthiste- Rouge


La Place du Village : Vignes de Cevins - Tarentaise
(reportage de tv8 Mont Blanc)



Autre épisode : les alpages de Cevins (sur le site  de tv8 Mont Blanc)


Brice Omont a installé ses locaux à Frèterive. Il ouvre volontiers ses portes à tous visiteurs.

Vous pouvez, par avance visiter le site internet de l'exploitation :


Quelques liens sur le domaine dans la presse :


Gault et Millau


Vins étonnants.com


In good wine we trust


Vin-terre-net


Vinatis.com


La passion du vin


Les passionnés du vin