Le bâtiment qui jouxte l’église et que les Cevinois appellent encore le presbytère n’a pas toujours été un presbytère et ne l’est d’ailleurs plus aujourd’hui.

Cette bâtisse est l’une des plus ancienne de Cevins car sa construction d’origine, agrandie et modifiée au fil du temps date d’avant 1490.

Elle était située sur la voie romaine puis la voie sarde qui montait vers Bornand et La Creuse, elle était un modeste lieu d’accueil (une pièce pour le logement, une écurie pour le cheval), pour les pélerins et autres voyageurs. C’était sans doute également une halte sur la route du château de Chantemerle.

En 1794 elle servit de prison pour quelques personnes dont Vincent Guméry, prêtre réfractaire, qui y fera plusieurs séjours jusqu’en 1798. Ce bâtiment est ensuite vendu par l’administration à des particuliers, racheté par le même Vincent Guméry en 1810 qui le donnera par testament à la commune de Cevins en 1811.

Le presbytère à droite de l'église au début du XXeme siècle

C’est seulement lors de la construction de l’église en 1687 qu’il devient presbytère donc logement pour les prêtres. La bâtisse est alors agrandie du double dans sa largeur côté route. Elle devient local pour le catéchisme, sert d’école et même de mairie.

Dans un placard en plâtre est conservé le précieux plan cadastral de la commune qu’on a très longtemps désigné sous le nom de « mappe ». Cette bâtisse fera l’objet de nombreuses discussions et de désaccords.

L’école ferme ses portes et le bâtiment est rendu à l’archevêché qui lui donne sa fonction de presbytère. Une cinquantaine de prêtres y ont séjourné et l’un d’entre eux y demeura 43 ans.

Le presbytère à droite de l'église

Comme nos fours banals ou notre fruitière la place devant le presbytère était un lieu de convivialité. Tous les dimanches jusqu’en 1945 le tambour afficheur donnait à haute voix lecture des décisions communales. Il montait sur un bloc de pierre de 1m de haut et les enfants se tenaient au premier rang. « La Léonie », servante de la communauté des cinq prêtres résidents, n’était pas la dernière pour animer les discussions surcette place.

 Le presbytère à droite de l'église

L’élargissement de la place se fit au détriment d’une partie du patio du presbytère ceinturé d’un haut mur et où les curés successifs firent leur vin à partir de Noah blanc et de clinton. Le vin de messe venait  de l’extérieur.

Au départ du dernier prêtre résident en 2002 le bâtiment est vendu à un particulier par décision unanime du conseil municipal.

 

Marc POINTET

 

 

 

Partagez cet article...

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn