L’église a été construite entre 1687 et 1690. Elle remplace l’ancienne église totalement ensablée lors d'une crue du torrent « La Gruvaz»»en 1686 . Elle était située sur les quartiers des Clos et du Batardin. C’était autrefois le cœur du village. On se servit alors des pierres de cette église pour construire la nouvelle.

Cet emplacement nouveau fut très controversé en raison de l'humidité des lieux. Il fallut installer des cloches plus grosses pour se faire entendre aux deux bouts du village. On avait même envisagé de la construire au hameau du Chagney situé dans le vignoble. Une délibération de la Communauté du 15 décembre 1686 précise, en présence de tous les habitants, les engagements de chacun : travail avec les maçons, charroi de pierres depuis l'ancienne église, engagement de payer cette construction notamment grâce à la taxe sur les troupeaux qui pâturent sur les pâturages collectifs de la communauté. De nombreux prêtres et laïcs qui ont servi l'église sont enterrés le long des murs.L'église avant la restauration de la façade

Pour mémoire on citera le curé Guméry , 1er maître d'école de 1763 à 1793 puis desservant de la paroisse de 1804 à son décès en 1813. Il est enterré devant la porte de son église selon sa volonté ; mais l’église ayant été ultérieurement agrandie, la dépouille se retrouve aujourd'hui à l'intérieur.

En 1838 , Le curé Revet a un rôle important car il agrandit l’église de 7 m avec une nouvelle façade. Celle-ci est d'inspiration néo- classique sarde. Ce style se développe dans les deux Savoie dans la 1ère moitié du XIXeme siècle. Il renoue avec l'Antiquité et privilégie l'ordre, la simplicité et la symétrie. Elle s’ornera plus tard d'une scène biblique au fronton. Occultée par un badigeon lors d'une rénovation en 1962, elle vient d'être restaurée en 2017. En raison de la Loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905 il n'a pas été possible d'installer dans les niches qui entourent la porte d'entrée les statues en bois de Saint Pierre et Saint Paul. On les trouve dans le chœur, elles proviennent sans doute de l'ancienne église.

Le clocher a connu quelques vicissitudes : démoli en 1794 à l’époque de la Révolution, il sera refait en 1838 avec ce modèle à bulbe (en 1811 une quête avait permis de réunir la somme nécessaire à sa reconstruction mais un indélicat I’avait détournée sinon nous aurions un toit pointu comme il l’était auparavant et comme il l’est aujourd'hui à Rognaix, La Bâthie ou Feissons.

Pour les décorations intérieures c’est le peintre ARTARI qui s'en charge en 1877. Il s'agissait d’orner les triangles de la voûte des travées de la grande nef et les murs du chœur avec un semis de croix d'or, mettre une grande croix ornementale au centre de chaque travée et faire les croix de consécration ( d'après le descriptif de 1877).

 

En 1880 un nouveau toit est posé en ardoises de Cevins. Il sera refait en fibrociment en 1970 et le clocher en 1974.

Façade rénovée en 2017

 

En 1885 on agrandit les tribunes pour la pose de l'harmonium.

Dans les années 1990, on refait les peintures grâce aux dons des fidèles et aux subventions du Conseil Général, la commune étant maître d'œuvre. Des bénévoles refont le plancher sur un béton.

En 1998 la commune entreprend des travaux d’assainissement tout autour du bâtiment. Le bulletin communal de 1987 indique que les travaux peuvent se faire en deux tranches pour un total de 367 643,61 Francs TTC. Ceux-ci sont repris en 2017. L’ensemble est consolidé, une partie de la toiture reprise et la façade entièrement restaurée.

Partagez cet article...

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn